La mascarade du brevet des collèges

En cette période de fin d’année scolaire, les élèves de 3ème sont de plus en plus nombreux chaque année à recevoir avec satisfaction leur résultat à l’examen du Diplôme National du Brevet (DNB). Cette année encore, à l’échelle nationale, 87.3% d’entre eux ont été admis, un chiffre sans précédent pour l’Éducation Nationale.

Comme on peut le voir sur ce graphique du ministère de l’Éducation Nationale, la progression du taux de réussite des élèves français ces dernières années est tout bonnement époustouflante. On serait donc tenter d’en conclure un peu rapidement que le niveau scolaire du collégien moyen s’améliore d’année en année.

TauxDeReussiteBrevet

Seulement voilà, tous les tests internationaux conduits pendant la même période n’offrent aucune lueur d’optimisme. Ainsi, l’enquête PISA, menée tous les trois ans au sein de l’OCDE auprès des jeunes de 15 ans, montre clairement une chute drastique du niveau en mathématiques et une stagnation du niveau de compréhension de l’écrit et de sciences des jeunes Français.

ResultatsTestsPISA

Étrangement, les taux de réussite aux tests PISA et au Brevet évoluent dans des directions diamétralement opposées. Dans ces conditions, comment peut-on croire une seule seconde à l’amélioration des performances des collégiens et non à une régression des requis nécessaires pour être admis à l’examen. Encore une fois en France, à défaut d’avoir des idées pour faire tomber la fièvre, on décide de casser le thermomètre en facilitant l’admission à un examen plutôt qu’en améliorant le niveau réel des candidats.