Biodiversité : quand le WWF prouve que le capitalisme est le meilleur système

Illustration: George Lu, licence CC 2.0

Quand fin 2014, le World Wide Fund avait sorti son étude annuelle sur la biodiversité et l’empreinte carbone de l’Humanité, la presse du monde entier s’était saisie avec effroi de l’information principale de l’étude : le Living Planet Index, ou LPI, aurait diminué de 52% entre 1970 et 2010 ! Qu’est-ce donc que ce fameux index ?

Un indice de biodiversité

Il s’agit d’un indicateur concocté par le WWF afin de suivre l’évolution de 10 380 populations d’animaux de plus de 3 038 espèces de vertébrés différentes. À défaut de prendre en compte les millions d’espèces du règne animal, cet indice nous apporte un aperçu intéressant sur l’évolution des grandes populations de vertébrés que le grand public connaît le mieux.

L’envergure de l’étude étant ambitieuse, on pardonnera au WWF l’utilisation de certains procédés peu recommandés par la communauté scientifique pour calculer son indice de biodiversité : méthodologie au cas par cas (ex : pour une espèce on compte le nombre de nids, pour une autre le nombre d’individus, pour une autre sa densité, etc.), utilisation de sources de données non-validées officiellement par la communauté scientifique, ou encore ses choix d’espèces relativement arbitraires.

Figure 1: position géographique des 10 380 populations de vertébrés suivies par le WWF (vert: espèces terrestres, bleu: espèces marines, orange: espèces vivant en eau douce).

Le monde animal se réduit comme peau de chagrin nous dit le WWF. Effectivement, cette baisse de 52% du LPI en 40 ans semble très inquiétante. Même si l’on peut débattre de la méthodologie utilisée pour obtenir ce chiffre, il est indéniable que certaines espèces et que certains écosystèmes sont aujourd’hui en danger.

Seulement voilà, le WWF omet étrangement d’évoquer les exploits environnementaux mesurés par le LPI dans certaines parties du monde, une omission fort malheureuse puisqu’elle aurait permis d’en savoir plus sur les politiques et l’organisation sociale des pays où la biodiversité s’est portée à merveille ces 40 dernières années. Cet article s’attachera donc à rétablir cet oubli et à tirer au clair les raisons derrière l’érosion de la biodiversité dans certaines parties du globe et son augmentation déconcertante dans d’autres parties.

Une biodiversité pas si mal en point

Contrairement aux idées reçues, toutes les populations animales ne sont pas sur le déclin. Bien au contraire, une bonne moitié des espèces d’oiseaux, de poissons, de mammifères, de reptiles et d’amphibiens observées se portent comme des charmes depuis 40 ans et ont même vu leurs populations croître comme le montre un des graphiques de l’étude :

Figure 2: Évolution des populations suivies par famille entre 1970 et 2014

Où se cachent donc ces populations d’animaux alors que le reste du règne animal semble se dépeupler ? pourrait-on se demander… Le WWF nous apporte la réponse avec le graphique suivant :

Figure 3: évolution du LPI en fonction du niveau de richesse des pays. Seuls les pays riches affichent un LPI en hausse.

Que constate-t-on ? Au cours des 40 dernières années le Living Planet Index s’est littéralement effondré dans les pays pauvres avec –58% de baisse sur 181 espèces observées.

Les pays les plus pauvres ont les moins bons résultats

Malheureusement, les données de l’étude étant trop agrégées, il nous est impossible d’en dire plus sur l’évolution individuelle de chaque espèce observée, cependant le constat général pointe vers un effondrement important de population animale dans les pays les moins développés. Dans les pays aux revenus moyens, c’est-à-dire les pays émergents, le LPI est aussi à la baisse, mais de manière moins forte : -18% sur 1 357 espèces observées.

A contrario, les pays développés, dont plus de 1 979 espèces y ont été suivies depuis 40 ans, affichent une insolente croissance de 10% de leur LPI sur la même période. On notera qu’ici le chiffre affiché est beaucoup plus crédible puisque près de 10 fois plus d’espèces que dans les pays pauvres ont été suivies sur la même période de temps.

Là encore, la rigueur scientifique aurait exigé d’utiliser plus de données pour défendre l’information la plus médiatisée du rapport, à savoir la baisse importante des populations animales dans les pays pauvres, surtout quand on sait que le LPI global dépend fortement de l’évolution du LPI dans les pays pauvres.

Pour faire simple, le LPI global est calculé en appliquant une pondération aux LPIs des différentes zones géographiques étudiées (voir page 142 du rapport pour plus détails). Évidemment, pour les zones géographiques situées dans les pays pauvres, l’échantillon minuscule de 161 espèces étudiées limite la crédibilité des conclusions que l’on peut tirer sur l’évolution des espèces dans ces régions. Comme vous dira tout scientifique, si vos données sont bancales, tous les modèles et théories que vous en tirerez le seront aussi (« garbage in, garbage out » comme disent les chercheurs anglo-saxons).

Qu’à cela ne tienne, passons sur les acrobaties scientifiques du WWF pour nous attarder sur le résultat le plus intéressant de l’étude, à savoir le contraste entre l’évolution du LPI entre les pays riches et pauvres, qui paradoxalement se trouve aussi être celui le moins médiatisé. Pourquoi une telle divergence ?

L’économie de marché et le progrès technologique

Principalement à cause du système socio-économique en place dans les pays riches et leur industrialisation avancée par rapport au reste du monde. Comme chacun le sait, les pays les plus riches du monde sont peu ou prou les pays de l’OCDE. Des pays qui se démarquent du reste du monde par leurs économies de marché et leurs démocraties libérales. Ces conditions ont créé au cours des deux derniers siècles un décollage technologique considérable dans ces pays. Décollage qui s’est traduit par un détachement progressif entre l’Homme moderne et les écosystèmes l’environnant, le tout pour le plus grand bien des espèces habitant ces écosystèmes.

Ainsi, dans un pays comme la France, rares sont ceux qui puisent encore dans nos forêts pour trouver de quoi se chauffer l’hiver ou de quoi cuire un repas. La viande que nous mangeons, quant à elle, provient presque entièrement de l’élevage, et beaucoup moins de la chasse comme autrefois. Quant aux légumes, céréales et fruits qui viennent compléter notre alimentation, leur culture requiert désormais de moins en moins de terre chaque année pour des volumes toujours plus grands, grâce aux multiples progrès agricoles ayant décuplé les rendements. On parle ainsi de peak farmland pour expliquer la stagnation ou la diminution des terres cultivées dans les pays développés.

Ci-dessous l’exemple de la production de maïs aux États-Unis comparée à la surface agricole utilisée pour cette culture et le même graphique pour la production de blé en France (étude disponible ici) :

Enfin, l’économie moderne est avant tout urbaine et non-rurale, d’où l’essor des villes occidentales aux XIXème et XXème siècles et le déclin de la pression démographique dans la majorité des campagnes. Évidemment, les populations humaines se concentrant et utilisant moins de terres agricoles, elles libèrent dans leur sillage de nombreuses terres qui retournèrent plus ou moins à leur état sauvage. Cerise sur le gâteau, l’enrichissement global des populations occidentales créa un essor du tourisme qui donna un élan énorme aux mouvements de conservation des milieux naturels dans les milieux ruraux, afin de maximiser l’attractivité des territoires aux yeux des visiteurs.

Les pays pauvres survivent grâce à la flore et la faune sauvages

À l’opposé, dans les pays les plus pauvres, la faune et flore sauvages représentent encore trop souvent les seules ressources capables de satisfaire les besoins des populations locales. Une dépendance aux effets dévastateurs démultipliés par la pression démographique importante dans certaines régions du globe.

Par exemple, les besoins énergétiques de ces populations sont encore trop souvent couverts par le découpage de bois en milieu naturel comme nous rappelle le FAO, avec plus de 1,2 milliard de mètres-cube de bois brûlés en 2010 pour satisfaire des besoins énergétiques dans les pays pauvres :

Résultat ? Certains pays pauvres de ce monde ont perdu des pans entiers de leurs forêts ces 50 dernières années. C’est notamment le cas d’Haïti, dont la situation tranche avec sa voisine, la République Dominicaine comme chacun peut le constater sur Google Earth. D’un côté des forêts luxuriantes, de l’autre une terre rendue aride comme le montre la photo ci-dessous:

Figure 4: Frontière entre Haïti et la République Dominicaine. À gauche Haïti, ravagé par la déforestation, à droite les forêts tropicales de la République Dominicaine (Licence : photo de la NASA).

Les pays pauvres ont des moyens rudimentaires

Abordons maintenant le sujet de la nourriture. Là encore, on s’aperçoit que les pays responsables des pires destructions d’écosystèmes (déforestation, chasse intensive, etc.) sont des pays en voie de développement. De l’agriculture sur brûlis à l’expansion permanente des terres agricoles par la déforestation, en passant par la chasse intensive d’animaux sauvages en Afrique pour subvenir aux besoins en viande (la fameuse bush meat), toutes ces méthodes ne sont en fin de compte que des moyens utilisés par les populations des pays en voie de développement pour tenter de compenser un retard technologique en puisant davantage dans les écosystèmes environnants.

Par exemple l’agriculture sur brûlis, pratique datant du Néolithique et utilisée en Europe jusqu’au XIXème siècle, serait depuis longtemps abandonnée si les paysans qui y ont encore recours avaient accès aux équipements mécaniques (tracteurs, etc.), aux systèmes d’irrigation, aux semences, aux engrais et aux pesticides de leurs collègues occidentaux.

Malheureusement, ces problèmes complexes sont trop souvent caricaturés par les organisations environnementales. En effet, on entend souvent dire que le problème viendrait de l’économie de marché et du capitalisme. Une absurdité quand on voit que les pays les plus capitalistes, c’est-à-dire les pays développés, connaissent depuis 40 ans une progression de leur biodiversité parallèlement à une progression de leurs revenus et de leur niveau de vie. Ce qui prouve une bonne fois pour toutes que croissance et biodiversité ne sont pas incompatibles.

Enfin, on entend parfois qu’il s’agirait d’expliquer aux habitants des pays en voie de développement qu’ils devraient freiner leur croissance économique ou restreindre leur consommation. Facile à dire, mais difficile à faire quand on a déjà peu. Mais surtout, comment espérer la participation des populations concernées si nous nous soucions seulement du bien-être des populations d’animaux sauvages sans nous préoccuper des réalités quotidiennes des populations locales et de leur droit au développement économique ?

En fait, la seule solution aux défis combinés de la croissance démographique, du développement économique et de la sauvegarde de la biodiversité réside dans l’essor technologique des pays en voie de développement. L’Histoire ayant montré que l’économie de marché combinée à un État de droit était le seul système économique pouvant faire naître un tel essor de manière durable, toute personne se souciant réellement de la biodiversité se devrait donc d’encourager les pays en voie de développement à adopter ces idées.

2 réponses à “Biodiversité : quand le WWF prouve que le capitalisme est le meilleur système

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *